mardi 8 mai 2012

Poïésis 5 – Pour ne pas faire marrer les mouettes


La ruse du pouvoir symbolique consiste à forcer à parler sur des sujets imposés qui détournent l’attention.

Bernard Lahire



Photographie : Et ça fait marrer les mouettes, par Xavier Lainé (tous droits réservés)

Et tout le monde a salué l’évènement, comme il se doit.

Et le monde s’est extasié sur l’exemplarité de cette démocratie qui voit deux président, l’ancien et le nouveau, côte à côte, un 8 mai, devant la tombe du soldat inconnu, rendre hommage aux soldats morts pour la France.

Et personne n’a regardé la mine réjouie de l’ancien dont la stature se trouve ainsi auréolé d’une petite gloire passagère après avoir flétri l’idée même de démocratie pendant cinq ans.

Nul ou très peu n’ont suggéré qu’il y aurait là-dessous de basses manœuvres visant à redorer le blason de son équipe avant la seconde mi-temps qui aura lieu dans les urnes sous peu.

Personne n’a relevé la confusion entretenue autour d’un 8 mai, vidé de sa substance, réduit à ce vibrant hommage aux morts pour ce pays, mêlant dans la même boite, ceux qui hier luttèrent contre la peste brune, ceux qui l’imitèrent en Indochine ou en Algérie, ceux qui sont allés se faire tuer pour rien en Afghanistan…

Le tout est toujours d’entretenir la confusion et, bien sûr en pays devenu ignorant de sa propre histoire, il s’en trouvera toujours assez pour gober la pilule, même si elle a le goût amer.

Car, faut-il le rappeler le 8 mai 1945 ne fut pas la toute fin de la seconde guerre mondiale (il faudra pour ça que les américains jouent avec leur arme de destruction massive sur Hiroshima et Nagazaki), mais bien la reddition sans concession de l’Allemagne nazie. Et c’est cette mémoire là, inaliénable, que le 8 mai est sensé commémorer.

Et il faut bien du machiavélisme pour en oublier la substance, à l’heure où notre pays est plongé, par la grâce de tous les gouvernements successifs, mais plus particulièrement celle de notre dernier locataire élyséen, dans les affres d’une xénophobie, d’un racisme omniprésent, tournant le dos aux idéaux qui furent ceux des résistants.

Si les tentations totalitaires se font aujourd’hui plus « soft », c’est qu’il est bien difficile de faire gober encore le culte de l’homme providentiel à des populations, aux neurones englués dans l’overdose de pseudo-informations, certes, mais globalement plus sensible au rappel de l’histoire (sinon comment expliquer la forte mobilisation entre les deux trous des présidentielles de 2002, alors que l’Affront National venait de remporter la première manche des présidentielles ?).

Mais tandis qu’on amuse la galerie avec l’image forte de nos deux présidents au coude à coude pour dénaturer la mémoire, on peut supposer qu’en d’autre slieux, les tractations financières vont bon train. Tout le reste n’est que manière de gagner du temps, et d’endormir le citoyen un peu plus.

Il en est une qui viendra sur le devant de la scène, racler les fonds électoraux de l’UMP en utilisant l’image pour mieux enfoncer le clou du « tous pourris ». Et comme le bon peuple ne voit qu’elle sur son petit écran aux ordres, on peut se douter des souhaits qui sont formulés dans les coffres secrets des affairistes en tous genres qui ont émargé sans vergogne depuis cinq années.

Il paraît que pour se passer la gueule de bois, il faut boire un bon coup de plus : c’est peut-être la recette que sont en train de nous préparer les mitrons de la défunte démocratie.

Et pour paraphraser le graffiti rencontré sur un ancien bunker du mur de l’Atlantique, sur la côte océanique de l’île d’Oléron : «  Et ça ne fera même pas rire les mouettes » !

XL

Mardi 8 mai 2012

2 commentaires:

  1. Je viens de lire attentivement cet article fouillé, Xavier. Je t'avoue que moi-même je n'avais pas trop imaginé que cette commémoration des deux présidents pouvait avoir des motivations aussi machiavéliques... même si je n'avais guère d'illusions. Merci à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les motivations machiavéliques ne sont pas toujours conscientes, et nos présidents n'échappent pas à cette précipitation du monde qui interdit toute réflexion critique. Ils ne se rendent pas toujours compte des symboles qu'ils lancent. Quand aux stratégies qui se mettent en place et dont ils ne sont que les vecteurs, lire larticle suivant, sur Médiapart : http://blogs.mediapart.fr/blog/gilles-sainati/270212/la-panoplie-du-coup-detat-lolf-rgpp-chorus-mecanisme-europeen-de-sta

      Supprimer

Qui que vous soyez, vous êtes le bienvenu, avec vos idées, vos commentaires dont je vous demande qu'ils respectent quelques notions de bienséances, et qu'ils ne fassent jamais l'apologie du racisme ou de la xénophobie. A tout hasard, vos commentaires sont modérés. Il vous faudra attendre avec patience leur modération pour les voir apparaître au bas de chaque article. Merci de votre compréhension