vendredi 15 mai 2015

Poïésis 38 – Mise à mort

« L'éducation doit offrir les moyens et les circonstances d'un accomplissement personnel. Au mieux, elle peut fournir à l'individu un environnement riche et qui incite à une exploration personnelle. »

Noam Chomsky





Nous y voici nous y voilà. Et le piège se referme enterrant toutes les espérances.

On aurait pu attendre de ces politiciens qui se prétendaient de gauche pour se faire élire, qu'au moins ils préserveraient quelque chose de l'héritage culturel de ce pays.

Nous y voici nous y voilà : ils coupent les vivres, diminuent les dotations municipales, suppriment la participation de l'Etat aux conservatoires.
Et bien sûr les édiles locaux, à de rares exceptions, s'engouffrent dans la brèche. De droite comme de gauche, au nom de l'élitisme culturel, on taille, on supprime, on censure, on interdit.
Ce n'est pas faute d'avoir tiré le signal d'alarme. Mais voilà que le terrain était miné d'avance, à grands coups de mièvreries télévisuelles. Culture réduite en produits commerciaux, chanteurs et vedettes faisant le tapin d'une culture sans envergure qui ne vise qu'à l'asservissement toujours plus d'un peuple devenu inculte. Ceci explique cela : si tu sonne le tocsin, c'est que tu es du côté de cette élite qui fréquente festivals, théâtres et conservatoires. Tu n'es donc pas sur le versant « The voice » de la réussite culturelle, où il suffit de savoir bramer fidèlement comme pour atteindre les sommets et empocher toutes les programmations.

Or nous y sommes et les mesures iniques d'un gouvernement corrompu, sans rapport aucun avec la gauche dont il se réclame ont leurs conséquences : ici des conservatoires ferment, des édiles municipaux incultes procèdent à la fermeture de leurs écoles de musiques, non sans avoir oeuvré à leur extinction ( Reillanne, dans les Alpes de Haute Provence en est l'exemple typique ), ailleurs on profite de départs à la retraite pour supprimer l'enseignement de certains instruments ( le clavecin ne sera ainsi plus enseigné à Chatellerault ), et, à Manosque, le 1er juin, le directeur du conservatoire nous dira à combien s'élèvera la facture à payer par les élèves pour cette incurie des politiques à assumer leur rôle. Bien sûr, pour la circonstance, on envoit aux charbons la dernière roue du carrosse, les politiques locaux ne trouvant sans doute rien à dire de cette mort programmée d'une institution culturelle qui, même insuffisamment, a fait ses preuves.

On viendra sans doute me dire que tout le monde ne pouvait pas accéder à cet enseignement musical de qualité. On aura raison, bien sûr : il faut bien, pour abattre son chien, l'accuser de la rage ! Mais à qui la faute si l'outil conservatoire au service de la formation et de la diffusion de la musique n'a jamais trouvé le développement nécessaire ?

Il n'est pas jusqu'à ces sinistres de l'éducation nationale qui, réformant le temps scolaire, ont contribué à mettre en difficulté une activité prétendue péri-scolaire...

Et bien sûr aucun élu ne s'offusque de voir les tarifs augmenter, créant ainsi un élitisme encore plus ravageur...
Mais voilà, nous vivons en pays où une ministre de la culture nous montre chaque jour son mépris, alors, pourquoi demander à de petits hobereaux locaux de faire preuve de plus de discernement ?

Et à qui croyez-vous que cet acharnement à détruire tout esprit cultivé fera le lit ?

Les mêmes viendront pleurer sur toutes les ondes devant la montée des mufles blondis pour paraître plus avenants...
Mais c'est de cette inculture généralisée, de cet enfoncement dans une crise qui ne profite qu'aux margoulins de la finance et des grandes industries ( ou de ce qu'il en reste ) que ce nourrit la bête immonde.

Oeuvrer à une élévation du peuple en l'éduquant à la curiosité culturelle et à devenir lui-même créateur d'une culture dont il saurait être fier, voilà qui semble désormais exclu. Aux dernières départementales, le mot culture était mystérieusement absent des programmes... Voilà qui en dit long sur la fosse où, inertes, peu à peu nous nous précipitons.

Xavier Lainé

16 mai 2015